• Les outils détaillés ci-après sont ceux de la pratique magique ou sorcière, et la liste qui est donnée sur cette page n'est en rien exhaustive, ni obligatoire. Inutile donc de vous lancer immédiatement dans une frénésie d'achats. Vous avez tout le temps d'acquérir ces objets un par un, au fur et à mesure de vos besoins. Laissez-vous guider par votre instinct pour le choix de vos outils, plutôt que de vous jeter sur les premiers objets venus, vous aurez ainsi des outils avec lesquels vous vous sentirez bien. Certains accessoires se trouvent plus ou moins facilement dans le commerce, d'autres devront être réalisés par vous même ou faits faire sur mesure. La tradition veut que les outils qui doivent être achetés le soient sans marchandage. Rappelez-vous en lors de vos "emplettes" !

    Athamé :

    L'Athamé est un outil indispensable à la pratique sorcière. Il s'agit d'un couteau (les couteaux japonais sont parfaits pour cet usage) ou d'une dague, possédant une lame en acier à simple ou double tranchant et un manche isolant en matière naturelle (os, bois, ivoire ou corne). Les matières synthétiques doivent être évitées pour le manche de l'Athamé car bien qu'isolantes, elles perturbent les flux énergétiques. La tradition veut que le manche soit noir, mais tous ne s'accordent pas la dessus, et beaucoup de sorciers et de sorcières pratiquent avec un Athamé donc le manche n'est pas noir. Selon les traditions et les auteurs, la longueur de la lame varie de 13 à plus de 45 cm (la longueur d'une dague). A vous de prendre une lame avec laquelle vous vous sentez à l'aise. Par contre la garde devra être droite et former une croix avec la lame.

    Une fois consacré il est recommandé de placer celui-ci dans un étui ou un morceau de tissu afin de le protéger des objets et contacts profanes. Mais pas d'angoisses inutiles, un couteau qui aurait été profané est réutilisable, inutile de le jeter. Il suffit de le purifier/exécrer puis de le reconsacrer. L'Athamé est un couteau rituel, pour les autres usages beaucoup utilisent le Bolline (cf. plus bas), mais certains sorciers n'hésitent pas à utiliser l'Athamé pour couper les herbes etc. Pour cela ils l'exècrent et le reconsacrent à chaque fois.

    Lors des rituels, l'Athamé sert à dissoudre les agglomérats énergétiques, grâce au pouvoir dissolvant des pointes. Il agit ici comme un paratonnerre. L'Athamé a aussi un usage symbolique, c'est un outil séparateur, un objet traditionnel de défense, un outil de transfert, de dégagement, et de clôture d'invocations et d'évocations (grâce, à la fois, à ses propriétés dissolvantes et à son pouvoir séparateur). L'Athamé est aussi utilisé pour soumettre certaines entités lorsque la baguette ne suffit plus. Il sert aussi à tracer ou à retracer symboliquement le cercle de protection, ainsi que les diagrammes. Pour cet usage on peut utiliser l'Epée si l'Athamé a une lame vraiment trop courte pour pouvoir aisément se baisser. D'ailleurs l'Athamé est en Sorcellerie ce que l'épée est en Magie Cérémonielle. Sur le plan symbolique, certains attribuent l'élément Air à l'Athamé (en raison de son lien avec le verbe), alors que d'autres lui attribuent l'élément Feu (en raison de la forge de la lame). Là encore ce sera à vous de choisir votre symbolique en fonction de votre ressenti personnel.

    La lame et le manche peuvent être ornés lors de la consécration de runes, de symboles (par exemple le symbole graphique de la lune et/ou un pentagramme), ou de lettres issues d'un alphabet magique (l'alphabet thébain par exemple). Vous pouvez les peindre ou les graver si vous possédez un petit graveur-fraiseur électrique (type Dremel).

    Si vous tenez à le faire faire pour avoir un modèle unique, le forgeron choisi devra respecter les restrictions suivantes imposées par la tradition. Il y a de fortes chances pour qu'il vous envoie balader, vous allez comprendre pourquoi. La lame doit impérativement être forgée en Lune ascendante entre le premier quartier et la pleine lune. Le processus de forge doit durer au moins 7 lunaisons, la première opération devant être commencée à la lune montante du printemps. Lors de chaque opération de forge, la lame devra subir une trempe spéciale : la trempe au sable. Celle-ci donne des aciers très durs au tranchant durable, et la lame aura des reflets violets assez étranges. Pour faire cette trempe, le forgeron doit remplir un récipient de sable fin (type Sable de Fontainebleau ou sable de rivière lavé et tamisé) imbibé de pétrole pur (si possible du pétrole brut non raffiné). Le pétrole représente symboliquement le sang de la Terre. Lorsque la lame est travaillée et portée au rouge, le forgeron présente ses deux faces à la lune puis la plonge dans le sable.


    Épée :

    L'Epée possède le même symbolisme et le même usage que l'Athamé, mais l'Epée s'utilise plutôt en Magie Cérémonielle. Si vous tenez à en avoir une, il vaudra mieux pratiquer à l'extérieur : le maniement d'une épée dans une pièce d'un appartement ou d'une maison est plutôt périlleux. La lame devra être droite, à double tranchant, et le manche devra être en matière naturelle isolante. La longueur doit être telle que lorsque la pointe est posée par terre, la poignée soit bien en main. La section de la lame devrait être idéalement losangique, mais une forme en triangle ou en croix évidée ira très bien aussi. Enfin, comme pour l'Athamé, la garde doit être droite et former une croix avec la lame.


    Bolline :

    Le Bolline est un couteau traditionnellement à manche blanc, qui sert à couper les herbe, les branches (pour la fabrication de la baguette par exemple), à façonner des morceaux de bois, à sculpter la cire, les dagydes etc ... Personnellement je pense que la couleur du manche n'est pas importante, elle n'est la que pour contraster avec celle de l'Athamé. Un bon Opinel d'une taille suffisante peut suffire à jouer le rôle du Bolline.


    Baguette et Bâton :

    La Baguette (parfois appelée Baculum) et le Bâton sont le prolongement du bras, ils sont des symboles de commandement, de maîtrise, de pouvoir et de domination. Celui qui tient la Baguette ou le Bâton (symbole phallique) est celui qui commande et qui ordonne, celui qui possède la puissance de fécondation et donc le pouvoir. Le Bâton est aussi le bâton serpent, qui symbolise l'énergie tellurique. Le Bâton et la Baguette sont à la fois des symboles et des outils magiques. Ils canalisent les énergies issues du pratiquant, et démontrent sa puissance de commandement sur ce qui l'entoure (entités, élémentaux, etc..).

    Lorsqu'il est fiché en terre, le Bâton devient un moyen de puiser l'énergie tellurique, il faut pour cela le tenir dans la main gauche (main qui capte). La Baguette et le Bâton sont des canaux énergétiques qui fonctionnent dans les deux sens, mais le Bâton sert essentiellement à capter les énergies telluriques et cosmiques, alors que la Baguette sert à projeter l'énergie, chargée par le pratiquant, en la canalisant. C'est dans la Baguette que l'on concentre la volonté, le pouvoir et l'énergie avant de la projeter vers sa destination. Pour accumuler les énergies autour de vous, faites tourner votre Baguette dans le sens des aiguilles d'une montre, en la tenant bien dans le prolongement de votre bras. Le Bâton étant un capteur d'énergie, il doit être tenu le plus souvent dans la main gauche, alors que la Baguette qui est émettrice doit généralement être tenue dans la main droite.

    Attention : Chez certaines personnes la main captatrice est la main droite, et l'émettrice est la gauche. A chacun d'adapter en fonction.

    Sur le plan des correspondances, comme pour l'Epée ou l'Athamé, deux camps s'affrontent. Dans les Tarots, les bâtons sont liés à l'élément Feu, mais le Bâton est fait de bois, issu d'un arbre qui pointe vers le ciel, et la Baguette est là pour appuyer le verbe, ce qui laisse à penser que le Bâton et la Baguette sont plutôt liés à l'Air.

    Pour la fabrication de votre Baguette, vous avez une multitude de bois à votre disposition. Vous pouvez quasiment utiliser tous les bois à fibres longues et continues, sauf les résineux, car la résine provoque de l'électricité statique, ce qui interfère avec les flux énergétiques. Les bois les plus réputés sont le Sureau, le Noisetier, le Bouleau, le Chêne, etc ... Chaque bois ayant des correspondances planétaires et élémentales propres, il vous faudra choisir le bois en fonction de l'usage que vous voulez faire de votre baguette. Les différentes méthodes de fabrication, et les correspondances de chaque bois sont détaillées dans une autre page.

    Comme pour l'Athamé et les autres objets, vous pouvez la décorer de runes, de votre nom en alphabet magique, ou d'autres symboles magiques. Une fois consacrée vous devrez la ranger dans un coffre ou un linge en tissu naturel (soie, lin ou coton).

    Coupe :

    La Coupe, ou Calice, est l'outil relié à l'élément Eau, et à la Lune. C'est une variante du chaudron des sorcières, qui symbolise la matrice de la Terre-Mère (d'où tout provient et où tout retourne), elle correspond aux énergies passives, féminines et matérielles, et elle s'apparente au sein maternel d'où coule le lait nourricier. Vous pouvez prendre une Coupe en verre ou en cristal, ou un gobelet en matière naturelle quelconque (grès, métal). Il faut une Coupe d'une taille suffisante, mais pas exagérée non plus, celle d'un mazagran est idéale. Pour la matière, le métal est plus solide, mais attention méfiez-vous du laiton, du cuivre, du bronze et de l'étain, car ils s'oxydent au contact de certains liquides et produisent alors des composés toxiques. Pour votre propre sécurité assurez-vous dans ce cas que l'intérieur de la coupe est émaillé. Evitez aussi autant que possible les coupes portant des symboles religieux qui pourraient entrer en conflit symbolique avec la pratique sorcière. Pour les puristes vous pouvez prendre une coupe en argent (ou en alliage à argent majoritaire) gravée avec des runes et des symboles païens. La coupe sert à boire les préparations ou les macérations de plantes, à offrir des liquides lors d'une évocation, à contenir l'eau salée des exorcismes, ou les boissons des libations rituelles.

    Pentacle d'autel :

    Le Pentacle d'autel est constitué d'un pentagramme tracé ou gravé sur un disque ou un carré de métal, de bois, de parchemin, ou de pierre. Le Pentacle est lié à l'élément Terre, il symbolise le corps et la réalité physique et matérielle dans laquelle nous vivons. S'il a un but de protection, il faudra alors inscrire le pentagramme dans un cercle. C'est sur le Pentacle d'autel que l'on déposera les amulettes, les sachets ou autres objets afin de les consacrer. Vous pouvez vous en faire un tout simple sur un carré de parchemin végétal (ou sur du bristol fort) de 20 cm sur 20, avec au centre de l'autre face votre nom en alphabet magique de votre choix. Vous pouvez aussi le peindre sur une plaque de bois, que vous vernirez ensuite afin d'éviter que la peinture ne s'en aille trop vite à l'usage. Si vous possédez un petit graveur-fraiseur, vous pouvez aussi le graver sur du métal, ou du bois. En plus du pentagramme vous pouvez ajouter d'autres symboles magiques (avec parcimonie) qui sont liés à votre tradition magique.

    Cloche :

    La cloche est un outil de purification et de délimitation du temps pendant le rituel. Ses vibrations éloignent les mauvais esprits et les mauvais sorts, et son tintement délimite les différentes étapes du rituel. Elle joue un rôle important car le tintement de cloche à la fin du rituel aide à provoquer le phénomène de rupture.

    Balai :

    Le Balai sorcier traditionnel est constitué d'un manche en frêne et d'un corps constitué de brindilles de bouleau, attachées entre elles par un jonc de saule (le frêne est protecteur, le bouleau purificateur, et le saule est consacré à la Déesse). Le Balai, qui est consacré à la fois à la Déesse et au Dieu, sert à purifier l'espace rituel avant toute pratique magique ou la pièce avant une méditation, et il est parfois utilisé pour nettoyer de manière symbolique le cercle consacré. Au Moyen Age on croyait que les sorcières allaient au sabbat en volant sur un Balai.

    Encensoir :

    L'Encensoir sert à brûler les encens en résine, en cône ou en bâton, mais aussi certaines huiles essentielles et autres poudres pour fumigation. Vous pouvez utiliser un véritable encensoir, ou bien un brûle parfum, ou même un petit réchaud. L'Encensoir est un outil indispensable de la pratique sorcière, et il est lié à l'élément Air. Vous pouvez en trouver facilement dans les boutiques ésotériques, généralement en laiton, mais évitez ceux qui sont trop petits, car ils n'arriveraient pas à amortir la chaleur dégagée par le charbon ardent, et leur socle brûlerait l'autel en dessous. Gardez en tête qu'un charbon ardent peut dépasser les 500 °C lorsque vous ferez votre choix pour l'Encensoir.

    Evitez aussi ceux qui sont trop décorés ou gravés, car les résines que vous brûlerez dedans déposeront une croûte difficile à enlever même sur un support lisse, alors sur un support sculpté .... S'il faut éviter les encensoirs trop petits à cause de la chaleur, évitez aussi les encensoirs géants que vous seriez incapable de transporter en cas de pratique en extérieur. Prenez-en un de bonne taille (idéalement le diamètre devrait être d'environ 12 cm), sur pied, avec un socle en bois afin de protéger l'autel. Vous pouvez prendre un Encensoir véritable, ou un bol en terre cuite, en céramique ou en métal, ou même un coquillage (type coquille Saint-Jacques) dans lequel vous verserez une bonne épaisseur de sable ou de sel. Le sable ou le sel jouera le rôle d'isolant et évitera que votre bol n'éclate ou ne brûle l'autel. L'avantage du sable ou du sel c'est qu'il est facile d'y poser le charbon ardent, les cônes ou d'y enfoncer les bâtons d'encens.

    La fumée dégagée par l'encens est utile aussi bien comme support d'apparition pour certaines entités, que comme moyen d'entrer en transe (fixer la fumée qui sort de l'Encensoir peut avoir un effet hypnotique sans parler des propriétés psychotropes de certaines résines).

    Chaudron :

    Le Chaudron de la sorcière est une image bien connue du public, et il est un outil important. C'est dans le Chaudron que les sorcières préparaient les philtres et autres potions. Le Chaudron symbolise la Matrice de la Terre-Mère, et c'est pourquoi le Chaudron est associé à la Déesse. Le Chaudron devant être utilisé principalement dans une cheminée ou sur un feu de bois, inutile de vous jeter sur le premier Chaudron venu si vous habitez dans un appartement ou une maison dépourvue de cheminée, et que vous ne pratiquez que très peu en extérieur. Le Chaudron peut aussi servir à contenir des objets qui doivent brûler pendant le rituel, ou peut être rempli d'eau pour servir d'instrument de divination. Mais pour ces usages vous pouvez très bien utiliser des récipients en grès de bonne taille. Si vous tenez à avoir un Chaudron prenez-en un à trois pieds, les trois pieds symbolisant l'aspect triple de la Déesse, et assurant aussi la stabilité du Chaudron.

    Cingulum :

    La corde ou Cingulum, que le sorcier porte nouée à la ceinture par dessus son tabard, ou sans rien en dessous, sert à mesurer le diamètre du cercle, à le matérialiser, à "nouer" les choses, et à nous "lier" nous-même. Le Cingulum symbolise le lien qui unit l'univers physique (le conscient), l'univers mental (l'inconscient) et l'univers émotionnel (le subconscient) de l'homme. Il symbolise aussi le lien qui existe entre le pratiquant et les entités égrégoriques qui lui servent d'aides invisibles.

    Il peut être de chanvre, de lin, ou de coton, l'important est qu'il soit en matière naturelle. Le Cingulum doit faire environ 1,80 m. Pour le fabriquer, prenez trois longueurs d'1,80 m de ruban, ou de tissu rouge, noir ou blanc, nouez les au bout et tressez les ensemble (vous pouvez psalmodier une formule de consécration pendant la fabrication, j'en donne une dans la page de consécration des outils). Une fois arrivé au bout faites un noeud bien serré, puis faites-en un autre à 1,05 m du premier, puis le 2e à 1,20 m, le 3e à 1,35 m, le 4e à 1,50 m et le dernier à 1,65 m (soit 15 cm entre chaque noeud). Ces mesures sont celles qui correspondent le mieux aux anciennes unités (toises, pieds et pouces).


    Boussole :

    Beaucoup de livres omettent de mentionner la Boussole comme outil. Et pourtant, sans Boussole il vous sera difficile de trouver le Nord exact pour orienter votre cercle, et placer vos outils et éléments rituels. Prenez-vous une bonne Boussole à bain d'huile, cela vous évitera d'attendre une éternité avant que celle-ci ne se stabilise et vous indique enfin le Nord


    votre commentaire
  • Avant l'arrivée de l'homme blanc, l'Amerindien vivait sur une terre intacte.
    8 millions d'Amérindiens vivaient parmis
    60 millions de bisons et
    2 millions de loups
    sur un espace de 9.364.000km carré.

    Soit 6 bisons par km carré
    1 homme par 2 km carré
    et 1 loup par 5 km carré

    Et de nos jours, sur le même espace :
    260 millions d'hommes( dont quelques centaines de milliers d'Amérindiens seulement)
    Quelque milliers de loups ( traqué sans cesse)
    Dix mille bisons.

    votre commentaire
  •  

    Angpetu wi 

    Esprit du Soleil

    Dakota

    Anpao

    Esprit de l'aube

    Dakota

    Anitsutsa  

    Esprit des étoiles

    Cherokee

    Ataensic

    Esprit de la Terre

    Iroquois    

    Chahuru 

    Esprit des eaux

    Pawnee

    Geyaguga     

    Esprit de la Lune

    Cherokee

    Grasshopper

    Esprit de la nature

    Choctaw 

    Igaluk            

    Esprit de la lune

    Inuit

    Inagi-utasunhi

    Esprit malin

    Cherokee

    Isakakate      

    Esprit créatif

    Crow

    Ha wen neyu

    Grand Esprit

    IROQuois

    Hastsezini    

    Esprit du feu

    Navajo

    Henga           

    Esprit des aigles

    Osage

    Hisakitaimisi

    Grand esprit

    Creek

    Hoturu

    Esprit du vent

    pawnee

     Monu   Esprit des abeilles  Hopi

    NaŽpi

    Esprit créatif

    Blackfoot

    Negakfok      

    Esprit du froid

    Inuit

     Oki  Esprit du soleil

    OUMAS

    Oxheheon    

    Esprit  danse du soleil 

    cheyenne

     Pah  Esprit de la lune    pawnee

    Pautiwal        

    Esprit du Soleil

    Hopi

    Seqinek        

    Esprit du sol 

    Inuit

    Shilup Chito Osh

    Grand Esprit

    Choctaw

    Sio Humis 

    Esprit de la pluie 

    Hopi

    Tassom         

    Esprit de l'âme

    Cheyenne

     Tcolawitze  Esprit du feu

     Hopi

    Unktehi         

    Esprit de l'eau 

    Dakota

     Wakinyan   Esprit du tonnerre     Dakota

    Wenaewe      

     Esprits des animaux 

    Zuñi


    votre commentaire
  •  

     

      

    Dans la culture amérindienne le capteur de rêves est l’un des objets le plus important. Ils est surtout utilisé par les tribus Ojibwas, les Sioux, les Creek, les Zunis, les Tinglits, mais les tribus du sud (Apache, Cherokee, Natchez, Napochi Algonquin etc.)  et même les Hopis évoquent eux aussi des légendes concernant l'Araignée Femme.

      

     

     

     

     

      

    Le capteur de rêves servait à filtrer les bons des mauvais rêves. Celui-ci laissait passer à travers les mailles les bons rêves et les songes utiles et emprisonnait dans ses mailles les cauchemars et tout ce qui pouvait perturber le dormeur et lorsque venait le jour grand père soleil détruisait toutes  les mauvaises énergie à l’aide de ses rayons du soleil.

      

    Selon la culture amérindienne le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre les hommes et le grand esprit et  l’expression des besoins de l’âme.

      

    Il est essentiel de satisfaire les besoins de son âme comme ceux de son corps. Le rêve permet de se libèrer et assurer l’équilibre.

      

     

    .

     

      

     

     

    Le capteur de rêves est principalement de forme ronde mais dans certaines tribus comme chez les iroquois ils étaient en forme de goutte.

      

    Le capteur de rêves était  tressé d’une toile en fibre d’ortie ou de tendons d’animal, qu’ils teignaient ensuite en rouge à l’aide d’écorce de prunier sauvage.

      

    On note que cette façon de faire concernait la période du début su siècle car de nos jours la méthode de tressage est a bien changé et les matériaux aussi surtout avec l’arrivée des homme blancs.

     

      

    Au 20eme siècle, la fibre d’ortie et les tendons d’animal on été remplacés par de la fibre d’autres plantes puis quelques années plus tard par des matériaux synthétiques.

      

    Lors de l’arrivée des hommes blancs les perles de verres sont venues ajouter une touche de couleur, mis sur des lacets de cuir elles ont d’abord servi de décors. 

      

     Puis les Amérindiens y ont inséré des plumes pour aider à guider les bons rêves sur le dormeur.    

     

     

     

        

     

     

     

     

      

     

    Il n’y a pas eu que l’aspect du capteur de rêves qui a changé mais aussi sa signification. Chacun interprète le capteur à sa façon (porte bonheur, aide à décrire l’avenir etc.).

      

    Certaines personnes disent aussi que le capteur de rêves doit être surtout placé devant une fenêtre pour qu’il puisse fonctionner, mais faut bien se rappeler que les Amérindiens n’avaient pas de fenêtre dans leur tepee.

      

    Celui-ci doit être placé de façon à avoir les premières lueurs du soleil pour que les mauvais rêves prise aux piège soient brûlés.

      

    Il ne faut pas oublier que le capteur de rêve sert de filtre pour empêcher les cauchemars de venir trouble les dormeurs.  

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique